De l’animation nature à l’éducation à l’environnement

Petit retour en arrière

L’EEDD a déjà plus de 50 ans ; elle débute avec la prise de conscience des problèmes écologiques au tout début des années 60. C’est une histoire en plusieurs étapes dont chaque décennie, loin d’effacer la précédente, l’enrichit de nouvelles pratiques, de nouveaux acteurs, de nouveaux enjeux. L’animation nature existe dans les pratiques éducatives de certains enseignants précurseurs et certains mouvements de jeunesse. Et cette pratique, alliant à la fois éducation par et pour l’environnement, est menée initialement par des passionnés bénévoles.

Les premiers professionnels apparaissent dans les années 1970 et 1980. L’éducation « par » et l’éducation « pour » la nature vont se rejoindre : les activités et méthodes pédagogiques se diversifient. Dès les années 70, on passe peu à peu de la notion de nature à celle d’environnement, de celle d’animation à celle d’éducation.

En 1983, le Réseau Ecole et Nature se crée à l’échelle nationale à partir d’une volonté d’échange et de partage d’enseignants et d’animateurs qui pratiquent, avec leurs classes et leurs groupes, une éducation à la nature et à l’environnement. Dans le même temps, des réseaux d’éducation à l’environnement naissent dans les territoires, aux échelles régionales ou départementales.

Dans les années 1990, le développement durable confirme l’importance des notions d’éco-citoyenneté et de démocratie participative. L’idée d’une acquisition progressive du concept de développement est en route mais aussi le besoin d’une déconstruction de cette notion de développement durable pour proposer notre propre vision : compter et partager les richesses autrement, promouvoir l’intelligence collective et l’hétérogénéité comme facteur de richesses, rendre visibles des initiatives créatrices…

Dans les années 2000, l’EEDD prend ses marques et son envol : professionnalisation, recrutement dans les associations… L’éducation « au sortir dans la nature » revient sur le devant de la scène, nous rappelant que l’EEDD commence sur le terrain, dehors, le meilleur endroit pour que s’opère la reconnexion nécessaire et vitale entre l’humain et son environnement.

Face à l’urgence écologique et sociale à laquelle nous devons faire face, œuvrer aujourd’hui dans le champ de l’éducation à l’environnement, c’est vouloir replacer l’Humain face à ses responsabilités, envers lui-même, les autres, la biosphère et les générations futures.

Stage, mission de service civique, emploi c'est par ici
Vous recherchez un intervenant ? c'est par ici