L’expérience du film Le Lien ainsi que les témoignages à l'issue des projections, comme différents travaux de recherches, confirment que la compréhension du fonctionnement des écosystèmes, un regard attentif et sensible sur la nature, une attitude empathique sur le monde vivant, sont des qualités indispensables pour "comprendre, décider et agir en fonction des enjeux du développement durable". Pour son nouveau projet, "Le grand secret du Lien", Frédéric Plénard place l’écoformation et l’activité de pleine nature comme les éléments fondamentaux de l’éducation à l'environnement et au développement durable. En veillant tout particulièrement à l'importance de la dimension pédagogique, pour éviter de tomber dans ce que Philippe Meirieu nomme le « spontanéisme écologique ».

Dernières actus :

  • Dernière immersion, cet été, du 16 au 20 juillet.
  • Lire le compte-rendu proposé par l'association Reste! qui a accueilli sur leur site de la Mérigue, à Payzac, le groupe de jeunes durant 5 jours ce printemps.
  • Du 23 au 25 octobre, 1ère immersion, avec l'observation des petites bêtes présentes au jardin, une sortie de spéléologie à Saint-Marcel d'Ardèche, une balade nocturne à la découverte des chauve-souris et encore une exploration du calcaire à travers les Gorges de l'Ardèche. Parcourir le diaporama du parcours.
  • Le lancement du projet a eu lieu les 7 et 8 octobre 2017, au Viel Audon, en présence des 50 jeunes venus de toute la France et de tous les acteurs de grand projet.
  • Lire les articles parus dans la presse et sur le blog de Pétale.
  • Un projet aux mille facettes :

  • Un voyage avec la nature : Mise en place, pour 5 groupes de 8 à 12 jeunes, dans 5 régions de France (Nouvelle Aquitaine, Ardèche, Normandie, Centre-Val de Loire et Grand-Est), d’un parcours d’une vingtaine de journées d’immersion en pédagogie d’écoformation, dans les milieux naturels sauvages ou aménagés, et mise en valeur de ces moments d’immersion par des témoignages des jeunes, réalisés par les jeunes (Film, carnets de bord, photos…).
  • Une recherche scientifique : Organisation d’une recherche scientifique (par le CERAP ) sur l’impact d’une activité accompagnée de pleine nature auprès des jeunes et rédaction de publications dans des revues spécialisées et magazines grand public.
  • Un film documentaire : Réalisation d’un documentaire pour définir et valoriser l’écoformation, et la rendre accessible aux parents, enseignants, animateurs et éducateurs, autour du contact direct avec la nature de proximité.
  • Des actions de communication et de soutien aux collectivités locales : Mise en place dans toute la France et les pays de l’UE d’une série de conférences ouvertes au grand public, soutenues par le documentaire, les témoignages des groupes et les publications scientifiques, pour que s’engagent dans les territoires des actions qui permettent aux jeunes de retrouver le lien avec la nature, afin de mieux la protéger et comprendre les enjeux du développement durable.
  • Et en Ardèche ?

    Plusieurs membres du collectif Pétale 07 se sont mobilisés depuis décembre pour organiser le parcours ardéchois :

  • Un comité de pilotage local se réunit régulièrement pour construire le parcours et définir les espaces temps d’immersion.
  • Stéphanie Boniface de l’association Camin’âne a été chargée d’animer et de coordonner l’action.
  • Un groupe de 9 jeunes de 13/15 ans en formation d’animateur et issus de la Communauté de communes des Gorges de l’Ardèche a été invité à faire le parcours.
  • Ce projet a été rendu possible grâce au soutien de la Communauté de communes des Gorges de l'Ardèche, du Programme Investissement d'Avenir AJIR (Ardèche Jeunesse Innovation Ruralité) et du programme européen Leader Ardèche3.
  • Un conseil des sages a rencontré les groupes d’enfants pour conforter leur quête du lien à la nature, il est composé de :

  • Pierre Rabhi, Philosophe, agroécologiste de réputation mondiale ;
  • Vincent Munier, Photographe animalier français, auteur de l'exposition « Arctique » ;
  • Emmanuelle Grundmann, Biologiste, naturaliste et reporter animalière française, spécialiste de la protection et de la réintroduction des grands singes en Afrique et en Asie ;
  • Philippe Meirieu, Chercheur, spécialiste des sciences de l’éducation et de la pédagogie ;
  • Françoise Serre Collet, Chargée de médiation scientifique au Muséum d'Histoire naturelle de Paris, Herpétologue.
  • Pour suivre le projet national :

  • Lire le dossier du projet national
  • http://www.legrandsecretdulien.org/
  • Page facebook du projet
  • Une grande campagne nationale de financement participatif est lancée, soutenez ce grand projet !
  • Lire le projet de recherche
  • Centre d'Etude et de Recherche Appliquée en Psychopédagogie perceptive
  • Un projet soutenu dans le cadre du programme Leader et du programme AJIR.

    L’enfant comme l'adulte passe aujourd’hui de plus en plus de temps à l’intérieur d’un bâtiment, à la maison, à l’école, au travail, sur ses temps de loisirs. Pourtant, le contact avec la nature est vital pour son développement, son bien-être, sa santé physique et psychique.

    Depuis plusieurs années, des acteurs de terrain, éducateurs à l’environnement, animateurs, enseignants ont trouvé une réponse quotidienne et accessible pour répondre à ce besoin : le coin nature.

    Un "coin nature", qu'est-ce que c'est ?

    Un coin nature est un espace de jardin et/ou de nature pédagogique, situé à proximité de ses usagers, où l’ont fait de la découverte de l'environnement et qui peut servir à différents publics (écoles, périscolaire, accueils de loisirs, crèches, maisons de retraite, habitants...). Il peut être de taille variable, plus ou moins sauvage ou aménagé, et on peut y trouver tout un tas de choses, en fonction du projet : des bacs pour jardiner, des plantes aromatiques ou des fleurs, des arbres fruitiers, un bac à compost, des cabanes, de quoi jouer ou bricoler, un endroit abrité pour dessiner et rêver, des abris à insectes, des nichoirs et mangeoires pour les oiseaux, une mare... Et pleins d'autres choses encore !

    Un coin nature présente donc de multiples intérêts :

  • Éducatif car il permet d’apprendre des choses sur notre environnement naturel proche. Les coins nature sont également des espaces et des projets qui permettent de lever de nombreux freins aux sorties (méconnaissance de la nature, besoins d’encadrement, coûts des déplacements…). Ils peuvent être menés sur des temps d’animation courts, mais peuvent s’inscrivent dans la durée, voire sur plusieurs années, grâce à la proximité de leurs publics.
  • Social car il favorise la rencontre entre les personnes, et la coéducation. C’est un bon outil pour créer du lien intergénérationnel, lutter contre l’exclusion et l’isolement. Il permet également à ses usagers d’en être acteur, et il leur apporte du bien-être au quotidien.
  • Écologique car il permet d’accueillir la biodiversité (plantes sauvages ou cultivés, insectes pollinisateurs, oiseaux, animaux d’élevage…) dans des zones urbanisées des villes ou des villages. C’est aussi un lieu où l’on réapprend à faire pousser nos légumes, à se nourrir en fonction des saisons, ou encore à composter et réutiliser nos déchets alimentaires pour en faire de l’engrais.
  • Cycle de co-formations sur les coins nature en Auvergne-Rhône-Alpes :

  • 1ère journée : le 3 juillet en Sud-Ardèche - Programme de la journée
  • 2ème journée : le 9 octobre 2017 à Chilhac (Haute-Loire) - Programme de la journée
  • 3ème journée : le 15 décembre à Villeurbanne (programme prévisionnel : Rencontre des Kapseurs du Tonkin avec l'AFEV (mise en place des projets de jardinières, composteur, butte potagère... en pied d'immeuble dans un quartier prioritaire), Visite du jardin d'Yvonne : jardin partagé d'habitants (sous réserve de confirmation), Découverte d'un projet de jardin à l'hôpital de Charpennes avec l'association Jardin de Soin (sous réserve de confirmation), Présentation des actions Coins Nature de la Ville de Villeurbanne, Mise en place de plantations interstitielles sur le domaine public qui fait partie d’une action globale de plantations citoyennes avec les Incroyables Comestibles, Animation de groupes d’habitants autour des sciences participatives et plus particulièrement « Sauvages de ma rue », Débat et définition commune du terme "Coins Nature")
  • Contact : Marie Simon : 06 79 40 18 05 / marie.simon@levielaudon.org

    Pour aller plus loin :

  • Consulter la cartographie des coins nature en Auvergne-Rhône-Alpes (pour intégrer un nouveau coin nature : suivre ce tutoriel)
  • Consulter le document de présentation du diagnostic diffusé le 15 juin 2017
  • Consulter une liste d'infos et ressources disponibles autour des Coins nature
  • Consulter le dossier règlementation des coins nature, qui comprend 4 volets (construction de cabanes-cabanons, cueillette et ateliers cuisine, petits élevages pédagogiques, mares et irrigation)
  • Lire les articles de notre blog consacrés à des coins nature : Sortir ! - Une formation à destination des animateurs, 10 000 coins nature dans les écoles et les collèges, Une commune en transition, Atelier jardin et cuisine au centre de loisirs l'Île au soleil, Un diagnostic pour les coins nature, Du jardin à l'assiette, un projet avec les centres de loisirs du Sud-Ardèche
  • « Nous sommes un groupe de passionnés. Nous voulons faire découvrir notre métier de paysan(ne) dans le respect du vivant, créer du lien entre notre monde rural et les citoyennes et citoyens de demain. »

    La ferme, un support éducatif

    Pour découvrir le métier de paysan.ne et les productions agricoles, travailler sur le vivant, l'alimentation et la consommation responsable… Pour comprendre les paysages, l'histoire et l'économie de nos territoires… Pour aborder les questions actuelles d'énergie, de ressources naturelles, de biodiversité, de développement durable et de changement climatique… Pour répondre aux questions des enfants et des jeunes !

    Depuis deux ans, le réseau En vie de fermes, composé de dix-sept fermes ardéchoises, membres d'Agribio ou du Civam, se sont réunies, en partenariat avec le collectif Pétale, pour proposer un accueil pédagogique dans leurs fermes, à destination des écoles et des centres de loisiris, mais aussi des centres sociaux, des structures d'insertion, etc.

    dscn3122bis

    À l'origine, l'idée est née du désir de transmettre leur métier, leur passion, leur façon de travailler dans une démarche de respect du vivant, tout particulièrement envers les publics jeunes. "Nous souhaitons partager la passion de notre métier et sensibiliser un large public aux enjeux de l’agriculture et de l’alimentation". Rapprocher le monde de la ferme, de la production alimentaire et du lien avec le vivant, avec les citoyens de demain, futurs consommateurs et acteurs de leur environnement.

    Comprendre l’impact de l’agriculture sur notre alimentation et notre santé, découvrir le rôle de l’agriculteur dans son milieu, renouer le contact avec le vivant, expliquer les pratiques agricoles et leurs incidences sur l’environnement, questionner nos modes de consommation, faire le lien entre le champ et l’assiette, tels sont les principaux objectifs pédagogiques de ce réseau.

    Tout projet pédagogique dans le cadre scolaire ou celui des accueils collectifs de mineurs peut ainsi prendre contact avec le Civam Ardèche pour organiser un accueil dans l'une des douze fermes du réseau.

     

    Pour construire votre projet, contacter le Civam :

  • Alicia Bird, 04 75 36 77 64, 06 75 09 72 67, alicia@civamardeche.org
  • Tarif de base 2018 - 2019 : 175 € la demi-journée ; devis détaillé sur simple demande
  • Plus d'informations :

  • Télécharger la Plaquette En vie de fermes
  • www.accueilpedagogiquealaferme.fr
  • carte de toutes fermes participantes
  • La santé-environnement, qu'est-ce que c'est ?

    La "santé-environnement" est un vaste domaine à la croisée entre la santé publique et les différents milieux de vie de l'homme.

    En 1989, l’OMS a adopté la Charte européenne pour l’environnement et la santé. Elle reconnaît ainsi que « l’environnement est la clé d’une meilleure santé », incluant dans ce terme des paramètres liés à la qualité des milieux (pollution de l’air, de l’eau, des sols, déchets mais aussi nuisances sonores, insalubrité des habitats, etc.) et à l’ensemble des activités humaines (transport, accidents domestiques, etc.). L’objectif poursuivi est précisé en 1994 dans la déclaration d’Helsinki : « Améliorer les conditions de vie et la santé de la génération actuelle ; veiller à ne pas surexploiter les ressources naturelles et protéger le droit des générations futures à une vie satisfaisante... »

    Les politiques mises en œuvre en santé-environnement intègrent désormais des actions contribuant de manière globale à la préservation de la qualité de l’environnement, au développement de l’expertise et de la recherche, à la réduction des inégalités sanitaires et environnementales ainsi qu’à l’amélioration de l’accès à l’information et à l’éducation en santé environnement (ESE).

    Exemples d'actions d'éducation à la santé-environnement

    Différentes portes d'entrée existent pour sensibiliser et éduquer différents types de publics.

    L'animation peut se focaliser sur un type de contaminant (les pesticides, les polluants de l'air ou de l'eau, les ondes sonores...). L'Ireps 07 (Instance Régionale d'Éducation et de Promotion de la Santé, délégation départementale de l'Ardèche) a par exemple mené en 2016 dans deux écoles des animations sur les polluants de l'air puis sur les pollens d'ambroisie (polluants aérobiologiques), avec l'utilisation du kit pédagogique "Cap'tain Allergo" (prêté par l'ARS 07). Depuis, d'autres animateurs, et même des référents communaux "ambroisie", ont su rapidement prendre en main ce kit pour des animations dans des écoles de l'Ardèche. En appui d'animations qui peuvent être créées de toutes pièces ou s'inspirer de guides (voir à titre d'exemple le guide OSER! du GRAINE LR/Occitanie), d'autres mallettes pédagogiques, polyvalentes car scolaires et extrascolaires, seront disponibles dès 2018 pour intervenir sur les thèmes de l'ambroisie, du moustique tigre et, sous réserve, des tiques.

    Les interventions peuvent également être multi-focales et aborder tous types de polluants au travers, par exemple, d'ateliers cuisine (pesticides, qualité de l'eau, tri des déchets...), de jardins participatifs (stagnation de l'eau, intrants chimiques, brûlage des déchets verts...), de créations artistiques, de sorties nature (zones de protection de captages ou de baignade, reconnaissance et arrachage de l'ambroisie...), etc.

    L'animation peut se concentrer sur les milieux de vie. Par exemple, une sortie nature peut s'orienter sur une visite de bâtis écologiques (hameaux, appartements) en faisant le lien avec la prévention sanitaire (modes de chauffage non polluants, revêtements sains, transports doux, machines partagées, compost collectif...). Les enfants peuvent "diagnostiquer" leur école (ventilation, chauffage, eaux stagnantes, eaux usées, bruit...). Le jeu de plateau Dépollul'air, créé en 2017 par Oïkos, permet de découvrir les différentes sources de pollution liées aux modes de vie intérieurs (portes d'entrée : milieu & air). Un jeu est disponible à l'ARS 07.

    Les animations peuvent toucher d'autres publics que les enfants : les futurs jeunes parents (femmes enceintes...), les étudiants, les jeunes en insertion ou à un carrefour de leur vie professionnelle, les enseignants, les employés territoriaux, les parents... et être menées dans des lieux variés (crèches, CCAS, MJC, missions locales...).

    Enfin, les animations peuvent s'orienter sur les aspects physiologiques (tout ce qui est inhalé, ingéré ou touché) ou liés à la prévention sanitaire (les gestes pour se protéger soi-même, chez soi, lors d'une sortie, lors d'un repas...). L'objectif vise plus encore un changement de comportement individuel. Le public cible prenant conscience de l’importance de son environnement et s'appropriant les attitudes préconisées, est acteur de sa santé en améliorant celle-ci et en contribuant à préserver celle d'autrui.

    Si quelques animations requièrent une certaine technicité (ex. : animer un "concert pédagogique" en collège pour sensibiliser aux risques auditifs nécessite certaines connaissances sur la physique et la physiologie liées au bruit), la plupart des bases nécessaires pour aborder chaque thématique en S-E peut s'approprier assez facilement, dès lors que l'on sort des craintes liées à la sensibilisation sanitaire, que l'on n'oppose pas les enjeux sanitaires et environnementaux, et que l'on maintient le désir de partager des messages positifs et non anxiogènes.

    Les projets pour 2018 en Ardèche

    L'ARS 07 (Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes, délégation départementale de l'Ardèche) développe trois projets complémentaires dans le champ de l'Éducation à la santé-environnement :

  • Sensibilisation aux enjeux liés à la présence et à la dissémination du moustique tigre (Aedes albopictus) en Ardèche
  • Ce projet vise à accompagner les acteurs de l’enfance et de la jeunesse en milieu scolaire et lors des activités extrascolaires afin qu’ils augmentent leurs capacités à mener des actions pédagogiques sur ce thème. Dans ce cadre, une mallette pédagogique cycle 3 et un kit d'animation cycle 4 sur le Moustique Tigre sont développés en lien avec l'Eidra (Entente Inter-Départementale de Démoustication Rhône-Alpes). Ils permettent d’outiller les professionnels (enseignants, animateurs d’activités périscolaires ou extrascolaires) pour mettre en place des animations pédagogiques sur le thème de la connaissance des moustiques en général, et du moustique tigre en particulier. L'Ireps 07 est missionnée pour présenter cette mallette aux professionnels et l’expérimenter jusqu’au 1er semestre 2018 au sein de 3 territoires où le moustique tigre est présent (au moins 1 école, 1 collège, 1 Tap et 1 ALSH par territoire seront accompagnés). La mallette sera finalisée et diffusable au 4ème trimestre 2018.

  • Sensibilisation aux enjeux liés à l'ambroisie en Ardèche
  • Ce projet vise à accompagner les acteurs de l’enfance et de la jeunesse hors du milieu scolaire afin qu’ils augmentent leurs capacités à mener des actions pédagogiques sur ce thème. Dans ce contexte, une mallette pédagogique Ambroisie est en cours de finition par le GIP FTLV (Groupement d’Intérêt Public Formation Tout au Long de la Vie de Bourgogne - Académie de Dijon, créateur du kit Cap'tain Allergo) et complètera le kit par un certain nombre d'animations ouvertes à l'extrascolaire. L'Ireps 07 est missionnée pour présenter cette mallette aux professionnels et l’expérimenter sur 3 territoires impactés par l'ambroisie (bassins d'Annonay, de Vernoux et de Chomérac), auprès d'au moins 1 Tap et 1 CLSH par territoire. La mallette sera finalisée et diffusable au 4ème trimestre 2018.

  • Periscol
  • Ce programme régional d'éducation à la santé en périscolaire, développé par l'ARS, va se déployer en Ardèche sur la santé-environnement. Le Tap de l'école de Salavas a été retenu, en coopération avec l'animateur EEDD de la Communauté de communes des Gorges de l'Ardèche (CGGA), afin de monter 20 temps d'animation sur différents thèmes de la S-E, déployés entre janvier et juin 2018. L'Ireps 07 a formé les intervenants sur la S-E et accompagne ce projet jusque son évaluation. Un bilan de cette initiative originale sera réalisé au second semestre 2018.

    Pour toute information ou question sur ces 3 projets :

  • Fabrice GOUEDO (ingénieur à l'ARS 07) : 04 26 20 92 13, fabrice.gouedo@ars.sante.fr
  • Benoît LEOUZON (chargé de mission à l'Ireps 07) : 04 75 64 46 44, benoit.leouzon@ireps-ara.org
  • Un nouveau groupe de travail au sein de Pétale

    A l'initiative de l'ARS 07, un groupe de travail s'est réuni fin décembre 2017 pour échanger sur les besoins et les attentes de chacun autour des questions de santé-environnement. Au printemps 2018, le territoire ardéchois a été retenu pour accueillir les 1ères Rencontres régionales en Éducation et Promotion à la santé environnement. Ces rencontres se dérouleront du 28 au 30 novembre 2018 à Saint-Privat. L'OCCE et la Frapna ont proposé d'assurer la coordination locale de l'accueil de ces rencontres portées par le Graine Auvergne-Rhône-Alpes et l'Ireps Auvergne-Rhône-Alpes.

    Tout sur le nouveau Plan Régional Santé Environnement (PRSE3)

    Des acteurs publics (ARS, DREAL, collectivités locales) et de la société civile (associations, entreprises...) se sont engagés dans la rédaction puis la réalisation du 3ème Plan Régional Santé-Environnement (PRSE3) en Auvergne-Rhône-Alpes, qui engage un certain nombre de mesures entre 2018 et 2021. Parmi celles-ci figurent plusieurs actions favorisant l'ancrage de l'Éducation à la Santé-Environnement dans les territoires : stratégie régionale, plateforme de ressources, actions locales... Le Graine Auvergne-Rhône-Alpes et l'Ireps Auvergne-Rhône-Alpes portent l'action Formation et ont identifié dans chaque territoire un binôme référent en Santé-Environnement, constitué d'un acteur de la Promotion de la santé, l'Ireps 07, et un acteur de l'éducation à l'environnement, la Frapna 07 et le Civam 07. Ces acteurs vont se former en 2018, pour ensuite être en mesure de déployer des actions de formations auprès des professionnels de leur territoire durant les années suivantes.

    Pour aller plus loin :
  • Centres d'accueils de loisirs et de vacances - Recommandations sanitaires - Prévention et promotion santé-environnementale
  • Pôle Éducation Santé Environnement Rhône-Alpes, animé par le Graine ARA et l'Ireps ARA
  • Historique

    Trois groupes de travail ont pu travailler, depuis la création du collectif en 2009 jusqu'à aujourd'hui, sur des thématiques qui touchent à l'alimentation :
  • un premier a porté sur l'approvisionnement local et la qualité de la restauration collective ;
  • un deuxième a travaillé sur l'installation et les lieux tests agricoles ;
  • un troisième porte sur les jardins partagés.
  • Plus récemment, les membres du collectif se mobilisent sur le développement des coins nature, et notamment pour faire le lien entre cuisine et jardin, jardin et bien-être, et plus généralement sur l'éducation au "dehors", à la nature, au vivant.

    Des acteurs engagés

    Des structures, membres du collectif Pétale 07 et souvent de l'un de ces groupes de travail, ont par ailleurs des missions spécifiquement orientées sur des thématiques qui touchent à l'alimentation : Aux goûts du jour (éducation au goût), Civam 07 et Agribio 07 (installation agricole, glanage social, accueil pédagogique dans les fermes), V.I.E (jardins partagés, compostage des déchets organiques), Sictoba (gaspillage alimentaire, tri des déchets), le Mat 07 (permaculture, lien jardin/cuisine et formation à l'hygiène alimentaire), la Frapna (changement de pratiques et limitation des pesticides), Polénergie et Trimaran (sur les éco-gestes), Pierre Feuille Ciseaux et Bourgs en Transition sur les jardins pédagogiques, le PNR sur les produits du terroir et l'éducation au territoire, des événements grand public sur le lien entre alimentation et territoire (Ethnoplante par Savoirs de terroir, la Fête de la bio par De bio et d'audace, Intercentre de loisirs sur la thématique de l'alimentation...).

    Une montée en compétences

    Toutes ces structures d'éducation à l'environnement et/ou de développement agricole soutiennent et accompagnent les porteurs de projets en lien avec cette thématique. Des outils et malles pédagogiques se créent en vue d'appuyer les actions et les porteurs de projets. Des évènements collectifs entre structures de loisirs permettent aux équipes de partager leurs expériences. Une formation sur les coins nature est organisée actuellement par le collectif Pétale en lien avec le REEA et le Graine Auvergne-Rhône-Alpes et aborde les thèmes suivants : jardin, biodiversité, élevages, compost, cuisine. L'expérience Un fruit à la récrée est proposée dans plusieurs écoles du département, entre autres sur la commune de Saint-Marcel d'Ardèche.

    De nombreux projets sur ces thématiques avaient vu le jour en s'appuyant sur le dispositif régional Ekoacteurs. Aujourd'hui le projet jeunesse développé à l'échelle départementale AJIR permet d'accompagner des jeunes en démarche, notamment via les jeunes naturalistes ou les éco-délégués... A travers toutes ces initiatives, les acteurs éducatifs montent en compétence et en intérêt sur ces thématiques de l'alimentation.

    Stage, mission de service civique, emploi c'est par ici
    Vous recherchez un intervenant ? c'est par ici